Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/www/sites/blogericg/config/ecran_securite.php on line 225
Critique, sciences sociales et études en communication - Éric George

Accueil du site > Activités de recherche > Critique, sciences sociales et études en communication

Critique, sciences sociales et études en communication

lundi 4 janvier 2016, par eric

Projet de recherche sur les rapports entre critique, sciences sociales et études en communication.

En lien avec les activités du CRICIS (axe Épistémologies et théories critiques de la culture et de la communication).

Nos sociétés sont caractérisées par des inégalités socioéconomiques considérables, voire croissantes, par la poursuite de rapports de domination issus tant du monde du travail que de la sphère privée, par des relations problématiques entre nous, les êtres humains et notre environnement. Nous nous trouvons donc dans une situation totalement inédite qui s’explique notamment par la domination du social par l’économie.

Or, les cent dernières années au cours desquelles se sont mises en place ou développées les tendances mentionnées ci-dessus ont été également caractérisées par le large déploiement d’un nombre considérable de moyens de communication, de la presse écrite à internet en passant par le cinéma, le téléphone, la radio et la télévision. Ces développements ont rendu possible une telle croissance des échanges informationnels et culturels, surtout dans les pays les plus riches de la planète, que nos sociétés peuvent être de plus en plus caractérisées par la place toujours plus importante qu’y tiennent les pratiques de communication médiatisées.

Il nous apparaît donc que les réflexions, les analyses, les observations sur les différents rôles de la communication dans nos sociétés doivent dorénavant prendre une place tout à fait cruciale dans la période actuelle, à la fois afin de comprendre notre monde et pour le transformer. Si les recherches en communication consistent à étudier les conditions, les formes et les pratiques de création, de circulation et de réception des productions symboliques, il y a donc urgence de s’y intéresser pour deux raisons majeures : d’une part, la communication se retrouve au service de tous les rapports de domination (relevant du capital, du patriarcat, des relations interculturelles, etc.) ; de l’autre, elle est également partie prenante de toute tentative d’émancipation, à commencer par son rôle potentiel en termes de nécessaire prise de conscience, de décloisonnement de notre imaginaire.

Telle est l’ambition de ces travaux qui peuvent prendre plusieurs formes, projets de recherche, publications, interventions, etc.